• Oh ma petite Princesse, ma petite Bébé d'Amour,
    Aujourd'hui cela aurait fait 7 ans que tu étais entrée dans nos vies et dans nos coeurs. Tu es venue tout bousculer.
    J'étais ravagée par l'envol de mon Titi vers les anges. Je ne voulais pas d'autres mimis. Je n'en voulais vraiment pas. C'était bien trop dur de souffrir à ce point et je me laissais aller à mon chagrin sans comprendre que je glissais doucement vers l'ailleurs moi aussi... Mais tu es arrivée ce jour de neige dans un état pitoyable, à bout de souffle, à bout de vie.

    Je ne mettrai pas les photos, je ne veux pas m'en souvenir.
    Aujourd'hui je veux me souvenir de ces années où tu faisais ta Chichine, ces années bonheur où tu as été tellement... mais tellement heureuse avec les mimis... Je veux me souvenir du bonheur extrême que tu as vécu avec Choupynou et Praline, alors que tu souffrais. Mais tu étais tellement heureuse avec eux... Toujours ensemble tous les trois... partout où vous étiez, vous étiez collés les uns aux autres, serrés comme un seul ! C'était si beau de vous voir.
    Et puis Choupynou s'est envolé... plus rien n'a été pareil. Toi et Praline vous aimiez, mais vous avez trop souffert de perdre votre ami, notre Choupy... et vous vous êtes éloignées... tout en gardant une belle amitié malgré tout.
    Aujourd'hui tu es partie rejoindre ton cher Choupy. Je suis heureuse que tu puisses être avec lui... vous vous aimez tellement. J'ai fait cette vidéo pour le premier anniversaire de l'envol de Choupynou... çà me fait mal de vous voir comme çà... si heureux et que la vie n'aie pas tenu compte de çà... Tu étais malade, tu compensais si courageusement avec les mimis et nous... et en plus de tout çà, la vie nous a enlevé ce petit être si cher, si gentil et si doux... Je ne me lasse pas de regarder vos photos... J'espère qu'à présent vous vous êtes retrouvés et que vous êtes aussi heureux sinon plus encore...

    Ma princesse... aujourd'hui j'ai le coeur qui éclate de douleur.
    J'ai tous ces souvenirs qui reviennent quand tu es arrivée...
    Je n'étais tellement pas prête dans ma tête. Je ne le savais pas et il m'a fallu 3 mois pour m'en rendre vraiment compte, mais mon coeur a été prêt tout de suite lorsque je t'ai vue, si mal dans la neige... si malade. J'ai tellement cru que tu étais venue mourir là à ce moment-là. Puis tu as commencé à nous montrer qui tu étais réellement. Fragilissime, mais courageuse et forte comme je n'ai jamais vu de ma vie ! Toutes les maladies te tombaient dessus et malgré tout, tu étais heureuse, tu te battais.
    Comme moi, tu n'étais pas prête à m'accepter dans ta vie tout de suite. Nous avons vécu 3 mois un peu bizarres. Mais bien vite tu as commencé à nous faire comprendre que tu n'avais pas besoin d'être proche et dans nos bras pour nous aimer. Et nous t'avons aimée comme il n'est pas possible d'aimer plus...

    Je passe ces 2 ans perdus où tu aurais dû être bien soignée.
    Je souffre déjà assez comme çà pour générer de la colère en moi... Je ne veux pas, je préfère me souvenir des belles choses.
    Je me souviens de tes petits cris à la "Michaël Jackson"... de tes roulés boulés... de tes étirements... de ta façon unique de boire à la fontaine... de ta simplicité et de ta gentillesse. Je me souviens de tellement de choses que mes doigts ne vont pas encore assez vite sur le clavier.
    A partir de 2012 là tu as commencé à revivre vraiment... à renaître à la VIE, avec le traitement du Dr Lazard pour ton coeur... Tu cavalais comme on n'avait jamais vu... Tu sautais, tu es devenue notre "Chichine Chipinette"... qui adorait jouer avec les mimis... qui a accepté chacun des mimis, les uns après les autres avec bienveillance et gentillesse. Tu étais leur maman à tous, le bien-être de cette Cha'Mille aujourd'hui perdue sans toi. Tu étais l'âme de cette maison et notre JOIE DE VIVRE à tous... Plus rien n'est pareil sans toi ma princesse... plus rien !

    Je veux me souvenir que tu es devenue cette Princesse adorée de tous... combattante, VIVANTE, courageuse, heureuse et si ADORABLE... Tu étais tellement facile à vivre... si facile à aimer. J'adore cette vidéo. Lorsque tu avais perdu tous tes poils, pour renaître à la vie... J'aurais tellement tellement tellement voulu que tu restes ainsi encore tant et tant d'années.
    Mais la vie en a décidé autrement pour toi et nous tous.
    Alors je n'ai plus que mes yeux pour pleurer, mon coeur pour t'aimer, et les souvenirs auxquels m'accrocher.

    Il y aura toujours ces maudits 6 ans de mensonges de Sandra qui me resteront sur le coeur. Je n'ai eu le courage de contacter Mme Michau que 15 jours avant ton envol. Je ne me doutais pas que tu t'en irais... je pensais au contraire que tout çà te porterait chance et que tu reviendrais... même si au fond, là... quelque part tout au fond de mon coeur, je savais que tu fatiguais, que tu n'en pouvais plus de te battre encore et encore. Je le savais car tu m'as préparée dans cette communication que j'ai faite avec toi. J'ai eu si peur... tu t'étais placée en position latérale, comme si tu étais "partie"... J'ai dit "non ma Chichine, non n'aie pas peur, tout va bien se passer"... Je ne voulais pas comprendre que c'était toi qui me disais à moi ce qui allait arriver... que c'était inéluctable... J'ai continué ton propre combat ma princesse, me battant à ta place, pour toi...
    Et je pense que tu as gagné tes dernières batailles pour me faire plaisir... pour faire plaisir à Christophe... car je voyais bien dans tes yeux et ton comportement que la JOIE DE VIVRE n'était plus là... Il y avait la fatigue à la place, la lassitude... Tu ne me sentais pas prête. Et tu as profité de partir cette nuit-là, la seule où je me suis autorisée à dormir parce que je pensais que je te retrouverais le lendemain.
    Je me souviens de ces derniers baisers que j'ai déposés sur ta jolie petite tête, la veille... mes mots "Je t'aime, ma princesse, tout va bien se passer, à demain, on reviendra te chercher"... et encore des bisous... Et j'ai vu ton regard plus vif, soulagée de pouvoir enfin mieux respirer... Tu nous as regardés. Tout était permis. J'y ai vraiment cru... tout le monde y a vraiment cru.
    Tu savais bien que si tu partais auprès de moi, je me battrai encore et encore, ne lâchant pas prise. Et je crois sincèrement que tu étais trop fatiguée pour gérer en plus mon mal-être face à cette situation... Je t'aurais encore emmenée aux urgences... Tu aurais peut-être souffert, stressé...
    J'ai beau avoir un mal fou à accepter d'avoir été loin de toi quand tu es partie, je suis convaincue au fond de moi que c'est ce qu'il te fallait à toi... pour ta paix... et je respecte tellement profondément. Je suis tellement fière de toi et je le serai toujours, ma petite Bébé d'Amour. Toujours.

    Ma tête n'a pas tout de suite été prête, mais mon coeur t'a acceptée tout de suite... Au fond de moi je trouvais mille excuses pour ne pas te rendre à ta maîtresse si je la retrouvais.
    Tu es venue mettre un pansement sur mon coeur blessé pendant que je pansais tes blessures du corps et de l'âme à toi aussi... Deux âmes qui souffrent des mêmes choses, nous voilà bien !

    Je me souviens d'avoir fait ce montage... une pierre très précieuse... fragile et forte comme un rock à la fois.
    Une acharnée de la VIE... c'était TOI

    Aujourd'hui tu es auprès de mon Ange, mon Bébé qui t'a envoyée à moi il y a 7 ans... Vous êtes réunis avec notre petit Choupynou que tu aimais tant. Vous devez faire bien des câlinous ensemble... heureux et tendrement enlacés...
    Et tu as retrouvé ta grande amie notre petite princesse Jade avec laquelle tu jouais à la balle rebondissante...
    Et Lolo qui s'est envolé même pas 4 mois avant toi...
    Tous les 5 vous devez être heureux et en paix à présent...
    Mon petit bébé, mon Lilys doit gérer tout çà d'une "aile d'Ange"... mon bébé... mon amour. Sans lui rien de tout cela ne serait arrivé... Depuis qu'il m'a quittée, tout a changé, ma vie n'est plus du tout la même...
    Aujourd'hui tu es auprès de mon bébé d'amour...
    Je sens que lui et toi nous protégez d'une façon bien puissante.
    Soyez heureux ensemble tous les 5 mes petits Anges.

    Au cimetière virtuel, une dame qui se fait appeler "Biscuit" a laissé ce petit texte en messages sur vos petites tombes virtuelles. Je trouve qu'il résume à lui seul tout ce que je ressens.

     

    "Dans notre monde vivent
    des êtres magiques.
    Certains d’entre nous ont eu la
    chance de les rencontrer
    et même de vivre avec eux.
    Parrfois ils ne font que passer
    d’autres fois ils restent des années
    Mais qu’importe le temps.
    Quand on les rencontre
    jamais on ne les oublie,
    c’est la magie qu’ils créent.
    D’un seul regard ils nous apprivoisent
    Et pour toujours nous les aimons.
    Même quand ils s’en vont…."

    Oui, qu'importe le temps, vous avez tous marqué nos vies... et comme dit mon amie Romy, vous avez marqué votre territoire dans nos coeurs, chacun à leur place, bien à l'honneur, tous... Vous avez "griffé" nos coeurs pour y choisir chacun une place de choix. C'est vraiment çà !


    Ma princesse, tu dois le ressentir, à quel point tu me manques.
    Tu dois le ressentir aussi, à quel point je suis soulagée de ne plus te savoir en souffrance. Tu ne méritais pas de souffrir. Tu méritais d'avoir eu une vie de Déesse, de Princesse, sans souffrances, sans malheurs, une vie toute douillette, toute dorée, sans maladies, sans rien à t'embêter... et à l'inverse, ton pauvre petit corps de misère a bien souffert. Ton âme est maintenant là où plus rien de mal ne pourra lui arriver. Plus jamais rien de mal ne t'arrivera ma princesse. Tu as vu cette lumière, tu l'as vue et tu m'as fait envoyer ce message incroyable. Tu es dans cette lumière régénératrice et tu n'as plus mal... plus de gouttes, plus de médicaments, plus rien de mal...
    Maintenant c'est ma souffrance face ta délivrance...
    Il n'y a pas photo, je préfère souffrir et te savoir en paix, même si je ne peux plus te voir. Je te sais heureuse.
    Tu sais, ma Chichine d'Amour, j'ai gardé ta petite fève. Je cherche une jolie boite transparente pour la mettre dedans, un écrin pour ne jamais la perdre... car voir ton nom inscrit au bas d'une fève a été un choc, puis çà m'a apporté une certaine paix intérieurs...
    C'est maintenant que tu es là-bas que tu arrives encore mieux à communiquer avec moi, ma Chichine. Déjà ici tu savais toujours comment m'expliquer ce qui t'arrivait... et tu continues de là-bas loin là-bas et si près de moi...

    Je voulais à nouveau te remercier de nous avoir choisis comme maman et papa terrestres... même si ce n'était que pour 7 ans. Nous sommes fiers d'avoir été choisis, tu nous as comblés de bonheur. Chaque petite chose nous émerveillait de toi.
    Merci de tout ce que tu nous as apporté, tu nous as rendus meilleurs.
    Mon petit Titi t'a envoyée à moi et toi... tu nous as ouvert les yeux sur les malheurs des mimis de dehors. Sans toi aucun des mimis ne serait là. Nous les avons sauvés et toi tu les as acceptés, les uns après les autres, les réconfortant de ta gentillesse et ta profonde bonté. Quelle belle âme tu es ma chérie !!!

     

    Dors, ma petite Bébé Dors... je te chanterai toujours "une chanson douce" comme tu aimais tant, pour bercer ton éternité de mon amour infini... Oublie ton corps endolori par la maladie et fait de doux rêves, enveloppée bien au chaud dans notre amour qui s'envole chaque jour vers ton étoile. Dors bébé dors...

    Ma princesse... je ne peux pas m'arrêter comme toujours...Alors puisqu'il faut arrêter, je m'arrête à "Bébé Dors"... et cette image de nous, comme tu aimais tant te placer sur moi.Merci de cette confiance aveugle que tu as placée en moi en arrivant à la maison. Merci de tout mon être, mon âme, mon coeur. Je sais que si tu avais pu, tu aurais ronronné dans nos bras... ce sera toujours la déchirure qui me restera le plus de toi... ne pas t'avoir vraiment entendue ronronner et en plus t'en empêcher pour ton bien... frustration extrême pour toi et pour moi. Mais tu me comprenais, je le voyais bien. Tu n'avais pas besoin d'être dans mes bras pour me montrer ton amour. Ni toi pour savoir combien je t'aimais... C'est encore plus fort hein ? Ma princesse... 7 ans c'est si peu et c'est toute une vie. Une vie d'amour, de tendresse, de leçons de vie... une vie précieuse... une vie malgré tout heureuse... 

    Merci de m'avoir apporté ces 7 années et d'avoir fait de moi quelqu'un de meilleur. Merci d'être là à te préoccuper encore de moi, à me rassurer avec tes messages de là-bas... MERCI

    Je ne pourrai jamais t'oublier ma princesse. C'est juste impossible.

    S'il te plaît... pour moi fais plein de câlins à mon cher Titi, à petit Choupynou, à notre petite Jade et à petit Lolo... et je t'en envoie toute une expédition aussi rien que pour toi ma chérie.

    Merci pour tout, merci d'avoir été toi et de continuer d'être TOI.

    Je t'aime


    2 commentaires
  • Je suis mal sans toi... ma princesse.

    Merci à Isabelle pour ce merveilleux montage que j'adore

     

    Ma petite princesse d'amour,

    Ce soir je suis mal sans toi. Je pense à ce jour maudit où nous t'avons laissée à cette véto pour qu'elle t'enlève cette sonde que tu as rejetée... Je te revois encore dans ses bras, soulagée de pouvoir mieux respirer, le regard plus vif. Je me revois respirer de soulagement lorsque la véto m'a appelée pour me dire la bonne nouvelle : tu t'étais bien réveillée et tout s'est bien passé.
    J'ai demandé si je pouvais venir te voir mais elle m'a dit qu'il ne valait mieux pas car tu étais très calme et je risquais de te désorienter. J'ai dit "ok"... soulagée de te savoir bien réveillée.
    Pour moi tu avais encore été tellement forte et courageuse. J'avais hâte de te retrouver le lendemain.
    Puis le lendemain matin, ce coup de téléphone qui a tout changé, qui m'a anéantie...
    Tu n'avais plus eu la force de continuer et tu t'étais envolée vers les anges... juste avant le lever du soleil... J'ai eu si mal, tellement tellement mal de ne pas avoir été auprès de toi...
    Je sais, tu as beau m'avoir envoyé plein de messages que tu étais heureuse et en paix, sereine... tout çà... Je sais ma puce, mais moi j'ai mal de savoir que tu étais seule là-bas pendant que ton âme s'en allait retrouver Titi, Choupynou, Jade et Lolo... Cette nuit-là je m'étais autorisée à dormir, pour la première fois depuis 2 semaines... J'étais au plus mal... incrédule et anéantie à la fois...
    Je n'ai même pas réussi à pleurer jusqu'à mon arrivée à la clinique... j'étais en état de choc extrême... Et puis quand j'ai vu ton petit corps sans vie, où tu n'étais plus... j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps, déchirée, totalement anéantie... Ton âme s'est envolée, fatiguée d'habiter ce beau petit corps si endolori par les maladies... Et moi le calvaire a commencé réellement...
    J'ai beau me battre, ma princesse. Je t'assure et tu dois le voir depuis où tu es... Je me bats pour être à la hauteur de ce que tu espères de moi... positive, droite, j'essaie d'aller de l'avant... Mais c'est tellement dur ma princesse. Oh ma poupée comment puis-je aller de l'avant sans souffrir de ne plus t'avoir dans ma vie, sous mes yeux... mon SOLEIL, ma JOIE DE VIVRE... ???
    J'espère vraiment que tu étais en paix, comme TOUS me le disent. Personne jamais n'a émit l'idée que tu aies pu partir en souffrant. Chaque personne m'a dit que tu étais calme, extrêmement calme... la véto, les assistantes vétérinaires... les personnes qui que tu as chargées de me remettre tes messages aussi et que je ne peux pas citer ici... ton petit corps que tu as laissé sans vie mais qui paraissait détendu... ton vétérinaire qui nous a expliqué que tu as du t'évanouir, tomber dans le comas et ton petit coeur s'est arrêté à ce moment-là sans douleurs et sans même que tu ne t'en rendes compte...
    Juste tu es partie épuisée, et tu as dû être heureuse de retrouver la lumière et la paix.
    Cela me fait un peu de soulagement... mais je ne peux pas, je n'arrive pas à ressentir vraiment de bien d'entendre çà. Moi j'aurais tant aimé aller te rechercher, te ramener à la maison et continuer notre combat... Dans 4 jours, cela aurait fait 7 ans que tu es arrivée à la maison. Il y a 7 ans tu devais être très mal dehors, sans aucune aide, sans câlins, sans lumière, sans rien, dans le froid et la neige ma princesse. Rien que d'imaginer cela, j'ai froid dans le dos et le ventre serré...
    Ma princesse, tu me manques à en mourir...

    Oui à en mourir... Juste en écrivant ce mot j'ai fait une crise d'asthme... sans doute la pire de toute ma vie. Christophe en pleurait... J'ai manqué cruellement d'air et je m'étouffais. J'ai eu peur ma princesse. J'en ai perdu ma voix... J'ai eu peur ce soir. Non pas de mourir car la mort ne me fait pas peur... Mais Christophe et les mimis ont besoin de moi... Je ne veux pas mourir, mon tour arrivera mais j'espère que ce sera loin.
    C'est un signe que tu viens encore de m'envoyer ma princesse... je ne peux le prendre que comme çà.... Tu veux que je me soignes... et je vais me soigner... pour moi d'abord, pour Christophe, pour les mimis et pour toi qui le veux absolument.
    Demain matin je vais prendre tous les rendez-vous que j'aurais déjà dû prendre...
    Et j'ai décidé de faire de ton petit pilulier le mien... en y gardant tes photos.
    Je te promets de faire de cette année l'année où j'irai mieux... je te le promets ma princesse.
    Je sais que tu es là auprès de maman... Ma chérie d'amour, je t'aime tant... tellement tellement fort si tu savais... Toi et Titi ensemble vous êtes d'une force extraordinaire... avec l'aide de Choupynou, de Jade et de Lolo... Mes Trésors comme vous me manquez...
    Je te promets de me soigner ma chérie... je t'aime à l'infini...
    Sois heureuse, là où tu es plus rien de mal ne peux t'arriver, plus jamais... plus rien de mal.
    Profitez bien mes 5 amours... profitez bien du bonheur éternel et de la quiétude de votre monde.


    Je vous aime

     

    Je suis mal sans toi... ma princesse.


    6 commentaires