• Je suis mal sans toi... ma princesse.

    Merci à Isabelle pour ce merveilleux montage que j'adore

     

    Ma petite princesse d'amour,

    Ce soir je suis mal sans toi. Je pense à ce jour maudit où nous t'avons laissée à cette véto pour qu'elle t'enlève cette sonde que tu as rejetée... Je te revois encore dans ses bras, soulagée de pouvoir mieux respirer, le regard plus vif. Je me revois respirer de soulagement lorsque la véto m'a appelée pour me dire la bonne nouvelle : tu t'étais bien réveillée et tout s'est bien passé.
    J'ai demandé si je pouvais venir te voir mais elle m'a dit qu'il ne valait mieux pas car tu étais très calme et je risquais de te désorienter. J'ai dit "ok"... soulagée de te savoir bien réveillée.
    Pour moi tu avais encore été tellement forte et courageuse. J'avais hâte de te retrouver le lendemain.
    Puis le lendemain matin, ce coup de téléphone qui a tout changé, qui m'a anéantie...
    Tu n'avais plus eu la force de continuer et tu t'étais envolée vers les anges... juste avant le lever du soleil... J'ai eu si mal, tellement tellement mal de ne pas avoir été auprès de toi...
    Je sais, tu as beau m'avoir envoyé plein de messages que tu étais heureuse et en paix, sereine... tout çà... Je sais ma puce, mais moi j'ai mal de savoir que tu étais seule là-bas pendant que ton âme s'en allait retrouver Titi, Choupynou, Jade et Lolo... Cette nuit-là je m'étais autorisée à dormir, pour la première fois depuis 2 semaines... J'étais au plus mal... incrédule et anéantie à la fois...
    Je n'ai même pas réussi à pleurer jusqu'à mon arrivée à la clinique... j'étais en état de choc extrême... Et puis quand j'ai vu ton petit corps sans vie, où tu n'étais plus... j'ai pleuré toutes les larmes de mon corps, déchirée, totalement anéantie... Ton âme s'est envolée, fatiguée d'habiter ce beau petit corps si endolori par les maladies... Et moi le calvaire a commencé réellement...
    J'ai beau me battre, ma princesse. Je t'assure et tu dois le voir depuis où tu es... Je me bats pour être à la hauteur de ce que tu espères de moi... positive, droite, j'essaie d'aller de l'avant... Mais c'est tellement dur ma princesse. Oh ma poupée comment puis-je aller de l'avant sans souffrir de ne plus t'avoir dans ma vie, sous mes yeux... mon SOLEIL, ma JOIE DE VIVRE... ???
    J'espère vraiment que tu étais en paix, comme TOUS me le disent. Personne jamais n'a émit l'idée que tu aies pu partir en souffrant. Chaque personne m'a dit que tu étais calme, extrêmement calme... la véto, les assistantes vétérinaires... les personnes qui que tu as chargées de me remettre tes messages aussi et que je ne peux pas citer ici... ton petit corps que tu as laissé sans vie mais qui paraissait détendu... ton vétérinaire qui nous a expliqué que tu as du t'évanouir, tomber dans le comas et ton petit coeur s'est arrêté à ce moment-là sans douleurs et sans même que tu ne t'en rendes compte...
    Juste tu es partie épuisée, et tu as dû être heureuse de retrouver la lumière et la paix.
    Cela me fait un peu de soulagement... mais je ne peux pas, je n'arrive pas à ressentir vraiment de bien d'entendre çà. Moi j'aurais tant aimé aller te rechercher, te ramener à la maison et continuer notre combat... Dans 4 jours, cela aurait fait 7 ans que tu es arrivée à la maison. Il y a 7 ans tu devais être très mal dehors, sans aucune aide, sans câlins, sans lumière, sans rien, dans le froid et la neige ma princesse. Rien que d'imaginer cela, j'ai froid dans le dos et le ventre serré...
    Ma princesse, tu me manques à en mourir...

    Oui à en mourir... Juste en écrivant ce mot j'ai fait une crise d'asthme... sans doute la pire de toute ma vie. Christophe en pleurait... J'ai manqué cruellement d'air et je m'étouffais. J'ai eu peur ma princesse. J'en ai perdu ma voix... J'ai eu peur ce soir. Non pas de mourir car la mort ne me fait pas peur... Mais Christophe et les mimis ont besoin de moi... Je ne veux pas mourir, mon tour arrivera mais j'espère que ce sera loin.
    C'est un signe que tu viens encore de m'envoyer ma princesse... je ne peux le prendre que comme çà.... Tu veux que je me soignes... et je vais me soigner... pour moi d'abord, pour Christophe, pour les mimis et pour toi qui le veux absolument.
    Demain matin je vais prendre tous les rendez-vous que j'aurais déjà dû prendre...
    Et j'ai décidé de faire de ton petit pilulier le mien... en y gardant tes photos.
    Je te promets de faire de cette année l'année où j'irai mieux... je te le promets ma princesse.
    Je sais que tu es là auprès de maman... Ma chérie d'amour, je t'aime tant... tellement tellement fort si tu savais... Toi et Titi ensemble vous êtes d'une force extraordinaire... avec l'aide de Choupynou, de Jade et de Lolo... Mes Trésors comme vous me manquez...
    Je te promets de me soigner ma chérie... je t'aime à l'infini...
    Sois heureuse, là où tu es plus rien de mal ne peux t'arriver, plus jamais... plus rien de mal.
    Profitez bien mes 5 amours... profitez bien du bonheur éternel et de la quiétude de votre monde.


    Je vous aime

     

    Je suis mal sans toi... ma princesse.


    6 commentaires
  • Pour ma petite Mel, qui adore quand je lui chante cette chanson, tout doucement.

    Une chanson douce
    Que me chantait ma maman,
    En suçant mon pouce
    J'écoutais en m'endormant.
    Cette chanson douce,
    Je veux la chanter pour toi
    Car ta peau est douce
    Comme la mousse des bois.

    La petite biche est aux abois.
    Dans le bois, se cache le loup,
    Ouh, ouh, ouh ouh !
    Mais le brave chevalier passa.
    Il prit la biche dans ses bras.
    La, la, la, la.

    La petite biche,
    Ce sera toi, si tu veux.
    Le loup, on s'en fiche.
    Contre lui, nous serons deux.
    Une chanson douce
    Que me chantait ma maman,
    Une chanson douce
    Pour tous les petits enfants.

    O le joli conte que voilà,
    La biche, en femme, se changea,
    La, la, la, la
    Et dans les bras du beau chevalier,
    Belle princesse elle est restée,
    eh, eh, eh, eh

    La jolie princesse
    Avait tes jolis cheveux,
    La même caresse
    Se lit au fond de tes yeux.
    Cette chanson douce
    Je veux la chanter aussi,
    Pour toi, ô ma douce,
    Jusqu'à la fin de ma vie,
    Jusqu'à la fin de ma vie.

    Henri Salvador


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique